La fécondation in vitro (FIV)

La fécondation in vitro est le processus par lequel les ovocytes sont fécondés par un spermatozoïde à l’extérieur du corps, c’est-à-dire en laboratoire.

La fécondation in vitro est le processus par lequel les ovocytes sont fécondés par un spermatozoïde à l’extérieur du corps, c’est-à-dire en laboratoire. L’ovule fécondé (embryon) se développe puis est transféré dans l’utérus quelques jours plus tard.

La fécondation in vitro permet de surmonter les problèmes de fertilité du couple tels que:

  • Trompes de Fallope obstruées
  • Problèmes liés au facteur masculin
  • Problèmes liés au facteur ovarien
  • Tentatives d’insémination antérieures infructueuses
  • Infertilité inexpliquée

La procédure et les étapes de la FIV

La stimulation ovarienne est effectuée afin d’obtenir plus d’un ovocyte à partir des ovaires. Ceci est obtenu par l’administration de médicaments légers (cachets), ou plus puissants (gonadotrophines). Les gonadotrophines sont généralement injectées par voie sous-cutanée pendant environ 10 à 12 jours.

Avant le début de la stimulation, une échographie est en général effectuée le 2e ou 3e jour des règles pour vérifier si les conditions permettent de commencer le traitement.

 

Lors de la stimulation ovarienne, la croissance folliculaire est surveillée par échographie transvaginale (3-4) et en mesurant les taux de certaines hormones.

En fonction du protocole de stimulation suivi, une seconde injection peut être effectuée le cas échéant vers la fin de la stimulation, pendant quelques jours pour éviter une ovulation prématurée.

Lorsque la plupart des follicules atteignent un diamètre de 17 à 20 mm, une injection est alors effectuée (Trigger shot) pour leur maturation finale. La ponction ovocytaire est programmée 35 à 36 heures plus tard.

 

Il s’agit de la procédure par laquelle le liquide folliculaire est aspiré par voie transvaginale avec une aiguille, sous surveillance échographique. La procédure se fait sous anesthésie légère et dure environ 10 minutes. Le liquide aspiré est examiné au microscope par des embryologistes pour localiser les ovocytes.

Une fois la ponction ovocytaire terminée, le nombre d’ovocytes collectés peut être connu.

Après la ponction ovocytaire, vous resterez sur place pendant 30 à 60 minutes, ou aussi longtemps que le personnel médical le jugera nécessaire afin que vous soyez prête à partir.

La douleur après la ponction ovocytaire est en générale légère puis s’estompe dans la journée. C’est une procédure bien tolérée, qui ne nécessite généralement pas la prise d’analgésiques et le lendemain, les femmes retournent au travail.

Les ovocytes sont ensuite placés, dans des conditions particulières de laboratoire, en présence d’une certaine quantité de spermatozoïdes, afin de permettre la fécondation. Si cela est jugé nécessaire, comme dans les cas d’une mobilité insuffisante des spermatozoïdes, une microfertilisation ICSI est effectuée. Le jour suivant la ponction ovocytaire, le couple est informé si la fécondation a réussi.

 

Les ovules fécondés, ou embryons, restent dans des incubateurs qui imitent les conditions utérines. Certains des embryons bien développés sont sélectionnés pour être transférés dans l’utérus.

Le transfert d’embryons a généralement lieu au stade du 2e ou du 3e jour, ou au stade du 5e jour (blastocyste).

Les embryologistes et le médecin traitant informent le couple de la qualité des embryons et des embryons qui seront transférés dans l’utérus.

Il s’agit d’une procédure indolore qui se fait sans anesthésie.

Le ou les embryons à transférer sont aspiré dans un fin cathéter flexible, puis placés dans la cavité intra-utérine sous contrôle échographique.

 

S’il reste des embryons de qualité satisfaisante qui n’ont pas été transférés dans l’utérus, ils seront cryoconservés pour une utilisation future.

Méthodes de fécondation in vitro

La décision concernant la méthode de fécondation in vitro à suivre est prise après avoir informé le couple des avantages et des inconvénients de chaque méthode ainsi que de la méthode jugée par le thérapeute comme étant optimale pour chaque couple.

La fécondation in vitro dans un cycle naturel

Un follicule qui se développe dans l’ovaire au cours du cycle naturel fait l’objet d’un suivi échographique, puis est recueilli pendant l’ovulation et fécondé en laboratoire.

Aucun médicament stimulant n’est nécessaire, généralement une seule injection est administrée pour la maturation finale des follicules, 32 à 36 heures avant l’ovulation.

Les avantages d’une fécondation in vitro en cycle naturel sont qu’il s’agit d’une méthode relativement simple, qu’aucun médicament n’est utilisé, et un coût moindre (si l’on ne tient pas compte de l’efficacité)

Les principaux inconvénients sont des taux de réussite significativement plus faibles par rapport à un cycle de stimulation complet, et la probabilité accrue qu’il n’y ait pas d’embryon à transférer (20-30%), soit parce qu’il y a eu une ovulation prématurée ou parce qu’aucun ovule n’a été trouvé dans le liquide folliculaire, soit parce que la fécondation d’un ovocyte n’a pas été possible.

Cette méthode est généralement recommandée chez les femmes ayant de faibles réserves ovariennes, qui ne produiraient pas beaucoup de follicules lors d’une éventuelle stimulation ovarienne et chez les femmes préférant cette méthode.

La fécondation in vitro en cycle naturel modifié

Il s’agit d’un cycle naturel, c’est-à-dire le suivi puis la ponction ovocytaire de l’ovocyte (dominant) qui est produit, mais avec l’administration de médicaments pour éviter une ovulation prématurée.

Cette méthode présente des risques d’échec significativement plus faibles que lors d’un cycle complètement naturel.

La fécondation in vitro avec stimulation ovarienne légère

Dans ce cas, des médicaments plus légers ou moins stimulants sont administrés pendant une période plus courte.

Cette méthode constitue le juste milieu entre le cycle naturel et le cycle avec stimulation complète. Elle présente des taux de réussite très proches de ceux observés lors d’un cycle avec une stimulation complète.

Les principaux avantages sont notamment l’administration une dose plus faible de médicament, des coûts moindres et un risque moindre de développer un syndrome d’hyperstimulation ovarienne.

La fécondation in vitro avec stimulation ovarienne complète

La stimulation ovarienne se fait en administrant des gonadotrophines à des doses plus importantes afin de produire le plus grand nombre possible de follicules.

C’est la méthode utilisée dans la plupart des cas car elle offre les meilleures résultats.

L’inconvénient pour certains est l’administration de médicaments et l’augmentation des coûts. Bien sûr, le coût est relatif car, d’après les données recensées, 3 cycles physiques ou plus sont nécessaires pour obtenir des résultats approchant ceux d’un cycle avec stimulation complète.

Relevant Topics

©2021  finad sa logo Finead SA

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?


    (!) Veuillez NE PAS saisir dans ce champ des informations ou des données de santé personnelles.

      (!) Veuillez NE PAS saisir dans ce champ des informations ou des données de santé personnelles.